Darcos menteur ... et nouveaux concours

* Si Darcos ne donne pas d'ordre pour réduire le nombre de redoublements, son administration, elle ne s'en prive pas. En voici la preuve. Document de l'administration rectorale.



Ca, c'est fait.

* Protocole de discussion (II, le lycée). Après le discours du Grand Timonier hier, en voici un peu plus pour comprendre ce qui va se passer. D'après AFP.

Réforme du lycée: Darcos soumet un document aux syndicats enseignants

Xavier Darcos a envoyé aux syndicats enseignants une "position commune sur les objectifs et les principes directeurs de la réforme du lycée", dont l'AFP a obtenu copie mardi, un texte amendable destiné à trouver un accord commun avant de discuter du contenu de la réforme.
Soulignant la nécessité de "rechercher le consensus le plus fort du corps social autour du concept d'un nouveau lycée", le ministre de l'Education énumère quinze "positions communes" à partir desquelles les discussions pourraient être engagées.
Il fixe
quatre objectifs. Le premier est de "garantir la poursuite d'études dans l'enseignement supérieur" en diminuant "par trois en cinq ans le taux d'échec" en début d'université.
Ensuite il faudra
diminuer les redoublements (15% des élèves actuellement en seconde) et "réduire le poids des déterminismes sociaux" dans l'échec au lycée. Le troisième objectif est "une réelle liberté de choix des lycéens en évitant l'enfermement trop précoce dans des filières", et le quatrième une plus grande autonomie aux établissements.
Les
"principes directeurs" reposent sur le développement du "travail personnel autonome", pour mieux préparer les lycéens à l'université, "la personnalisation des parcours scolaires", des modalités "plus souples" pour "la remise à niveau des élèves", des "possibilités de passerelles et de réorientation" afin que "les changements de parcours soient plus faciles à organiser" qu'actuellement.
Le ministre propose encore de mieux tenir compte de ce que sont les lycéens aujourd'hui, à la fois plus autonomes et en demande d'accompagnement.
Enfin, la "nouvelle conception du métier d'enseignant" recherchée devrait passer par une relation avec les lycéens dépassant les seuls cours pour s'étendre au "soutien" et à la "remise à niveau", au conseil pour l'orientation et à "la préparation méthodologique aux études supérieures".
Il s'agit aussi de favoriser "le travail en équipes", y compris interdisciplinaires, "la liberté pédagogique" et les échanges avec les enseignants d'université.
Enfin, Xavier Darcos propose une meilleure répartition sur le territoire des offres d'options et de soutien scolaire, et de "nouvelles conditions pour l'autonomie" des lycées.

Et puis on trouve ça sur le site d'un certain syndicat :

"Les propositions reprises par le Président Sarkozy sur l’évolution du lycée constituent pour le Sgen-CFDT une base de discussion."
Bon, ça, c'est fait. Il y en a qui vont se prendre une base de discussion dans la gueule...


*C'est FO dans un communiqué qui nous en dit plus ce soir sur le recrutement des enseignants d'après le doc fourni aux syndicats (merci Laurent)


Concours de recrutement et formation des enseignants :
Réforme ou destruction des concours et du statut ?

  
Le président de la République et son  ministre annoncent un nouveau recrutement des futurs enseignants au niveau du master 2 : un « concours » - d’un nouveau type – serait organisé pour sélectionner un certain nombre d’étudiants en master. .
Les sélectionnés devraient effectuer des stages (non rémunérés) soit en école, soit en établissement secondaire, suivis par  un tuteur.
Ils seraient « titularisés » à l’issue d’une évaluation positive de ces stages et à condition d’être titulaires d’un master. Aucune garantie n’est donnée quant au maintien de la valeur nationale de ce diplôme puisque  ce master serait préparé dans le cadre d’universités elles- mêmes autonomes ne dispensant plus le même enseignement sur l’ensemble du territoire.
Il ne s’agirait plus de concours de recrutement dans un corps de fonctionnaires de l’Etat comme le sont les actuels concours (CAPES, Agrégation, Professeur des écoles…).
Ce dispositif signifierait la fin de l’année de formation initiale rémunérée dans le cadre d’un statut de fonctionnaire stagiaire de l’Etat ; «la deuxième année de formation à l’IUFM, celle qui correspond actuellement, pour le futur enseignant, à une année rémunérée par l’Etat en tant que stagiaire, va certainement disparaître » a pour sa part déclaré à l’AFP le président de la conférence des directeurs d’IUFM suite aux annonces ministérielles. Or cette année d’IUFM qui est l’année de formation professionnelle représente 20 000 emplois dans la fonction publique, ce qui signifie que l’Etat fait l’économie de 20 000 traitements de fonctionnaires stagiaires en proposant la « mastérisation  » de la formation des maîtres.

blog comments powered by Disqus